agronomie versus agroécologie - lheureduchoix
Agriculture Sociétal

Graines : jeu de « Sociétés » mais qui sont les gagnants ?

Saurez-vous déduire quel pourcentage de semences (graines) libres et reproductibles sera encore de ce monde en 2020 ? Je vais vous aider un peu….

1996, les dix plus grandes multinationales qui produisent et commercialisent les semences avec lesquelles l’Humanité se nourrit pèsent37 % du marché de la semence planétaire. A cette date, Monsanto n’apparaissait pas encore sur cette liste. 

2004 : Ces multinationales représentent désormais49 % du marché de la semence mondiale.

2006 : dix ans se sont écoulés et les dix plus grandes multinationales contrôlent désormais 55 % du marché de la semence planétaire. Leur chiffre d’affaire est exprimé en milliard de dollars US.

  • Monsanto (US) $4,028
  • Dupont (US) $2,781
  • Syngenta (Switzerland) $1,743
  • Groupe Limagrain (France) $1,035
  • Land O’ Lakes (US) $756
  • KWS AG (Germany) $615
  • Bayer Crop Science (Germany) $430
  • Delta & Pine Land (US) (acquisition en cours par Monsanto ) $418
  • Sakata (Japan) $401
  • DLF-Trifolium (Denmark) $352

(Source : http://liberterre.fr/agriculture/semences-biodiversite/mafiasemences.html )

2014 : huit années se sont écoulées et désormais seulement 3 multinationales contrôlent 50 % des semences mondiales ; Syngenta, Monsanto et Dupont-Pioneer.  Le 6 septembre 2014 Nina K publiait un article en alertant sur le danger extrême de cette situation. Elle écrivait entre autre :

« Légumes, fruits, céréales… Notre alimentation est principalement basée sur des produits agricoles qui ont en commun de tous provenir de graines. Un marché qui a attisé bien des convoitises. A tel point aujourd’hui, à force de rachat de sélectionneurs de semences, trois entreprises multinationales se partagent 50% de la production mondiale. Une concentration qui représente un risque pour la biodiversité mais aussi pour l’approvisionnement en aliments, comme le dénoncent des ONG (Pro SpecieRara, la Déclaration de Berne). Et les critiques de ces ONG sont multiples : trois multinationales, Syngenta, Monsanto et Dupont-Pioneer contrôlent 50% du marché des semences. Les deux premiers possèdent aussi quantité de variétés protégées, 60% des tomates vendues en Europe et 70% des choux-fleurs. Monsanto et Syngenta, gros producteurs de pesticides, veulent vendre leurs produits par lot, les semences avec les engrais et les pesticides adaptés. Les grands sélectionneurs utilisent des variétés stériles. Effet pervers de cette mainmise, le nombre de variétés s’appauvrit, et avec lui la diversité génétique. »

(Source : http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/danger-3-multinationales-46604  )

2016 : malgré les cris d’alarme, les mises en garde sur le danger sans précédent encouru par toute l’Humanité qui a besoin de se nourrir tous les jours, deux ans plus tard, 82 % des semences mondiales sont détenues par 5 groupes de l’agrochimie. Il faut savoir que les plus gros semenciers participent depuis toujours à l’évolution du catalogue officiel des variétés autorisées en France. Explications :

Le décret du 22 janvier 1960 a permis d’exclure les multiples variétés inscrites auparavant et qui ne répondaient plus aux nouveaux critères… Ces « nouveaux » critères ont été majoritairement fixés comme vous vous en doutez par les grands semenciers ! Depuis cette date, 80% des variétés végétales comestibles ont disparu de nos étales, plus aucune semence disponible et le tout en 59 ans… !

Si un maraîcher n’utilise pas les semences « autorisées » par ce catalogue, il risque 450€ d’amende par variété proposée. Alors on s’échange des graines, sous le manteau, non non pas des drogues, des graines de tomates, de choux, de carottes anciennes…

(Source : https://www.facebook.com/ActualityF2/videos/1391714860890165/)

2019 : Monsanto (US), Corteva Agriscience (US), Land O’Lackes (US), Syngenta (Suisse) et Limagrain (F) : Ces cinq groupes réalisent à ce jour plus de 80 milliards de dollars et contrôlent ainsi 9 / 10ème de nos semences nourricières… celles qui sont indiscutablement le patrimoine de l’Humanité, théoriquement libres de droits !

(Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Classement_mondial_des_entreprises_leader_par_secteur#Semences) et

(Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Classement_mondial_des_entreprises_leader_par_secteur#Semences)

Dans le livre d’Orson Scott Card , « la Saga des ombres », l‘hégémonie est le mode de gouvernance du 3ème millénaire. Ça va les semenciers sont à l’heure ! Et vous, le serez-vous à l’heure pour défendre ce qui reste de la libre utilisation des semences. Ces graines nous nourrissent, nous, nos enfants, tous les jours et cela depuis 15 000 ans. Allons nous laisser 2 ou 3 groupes mondiaux nous dire quoi manger, allons nous laisser les paysans à la merci financière de ces géants qui vendent des graines non reproductibles pour les revendre tous les ans, avec un package engrais chimique, insecticide chimique, désherbant chimique, …? A ce jour plus de 60% des Terres agricoles françaises sont M O R T E S. elles sont incapable de faire pousser quoique ce soit si elles n’ont pas leurs doses de chimie….

(source; https://www.facebook.com/conscience.environnementale.CE/posts/1544106442351663 ).

Une fois de plus, pour nous tous, c’est l’heure, l’heure du choix ! Pensez-y en allant au marché dimanche prochain, pensez-y au moment d’acheter vos semis de légumes, vos fleurs, vos plantes d’intérieur ou vos arbustes. Soyez-en persuadé, rien (de bon) ne changera sans NOUS ! humiquement vôtre… Patrick

2 Comment

    1. Cher Eric, l’un des moyens de préserver les graines libres et reproductibles est de favoriser les achats de graines de ce type auprès des 4 ou 5 associations qui les vendent en France (au même prix que des F1 des jardineries les plus connues…). Il faut ensuite réapprendre les temps qu’impose la nature pour germer, grandir, produire…. c’est un merveilleux (ré) apprentissage qui procure une réelle satisfaction, je puis en témoigner ! humiquement vôtre, Patrick

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *