Colibri - Mon empreinte mon impact - L'heure du choix
Environnement

Mon empreinte, mon impact !

La période est propice aux bonnes résolutions. Agir pour la planète et pour la Vie qui l’occupe, oui bien sûr mais comment ? C’est sans doute la question qui m’est le plus souvent posée. Preuve de la bonne volonté individuelle mais également de la méconnaissance du sujet et de ses méandres….

Je vous suggère non pas une méthode, ce serait prétentieux mais plutôt un questionnement simple qui vous indiquera quoi faire. Il y a de fortes probabilités pour que vous vous piquiez au jeu, au mode de réflexion qu’il induit, aux résultats pratico-pratiques qu’il génère.

Suivez-moi un instant ; vous marchez en bord de mer sur une plage déserte. Vos pieds nus sculptent le sable à chaque pas… Mais faisons dans le produit de saison pour plus de réalisme, je reprends ; vous sortez le premier un matin neigeux et foulez le tapis blanc déposé dans la nuit. Vous avez alors sous vos yeux votre empreinte, votre impact sur ce paysage. Vous en êtes le seul Responsable !

Nous passons notre vie à laisser nos empreintes, dans la nature, dans la société, dans les cœurs de ceux que nous croisons… Ma suggestion coule alors de source, puisque chacune de nos décisions et de nos actions laissent une empreinte, un impact, demandons-nous simplement mais systématiquement : LEQUEL ?

Je jette mes épluchures dans la poubelle jaune dédiée au recyclables : quel impact ? (1)

J’achète des fraises en hiver : quel impact ? (2)

Je laisse tourner le moteur devant l’école en attendant mon enfant : quel impact ? (3)

Je prends un bain plutôt qu’une douche : quel impact ? (4)

Vous constaterez rapidement que les impacts sont tout à la fois sociaux, environnementaux et sociétaux. Comme si tout était en interaction perpétuelle…

En 1972, lors d’une conférence au Texas, Edward Lorenz posait la question de savoir si le battement d’ailes d’un papillon au Brésil pouvait provoquer une tornade au Texas ? Que dirait-il aujourd’hui des mouvements que génèrent chaque jour 7 milliards d’Humains ?

Je vous propose de nous interroger en faisant nos courses, en montant ou pas en voiture, en prévoyant nos prochains congés, et plus globalement dans tous nos gestes du quotidien. Gandhi suggérait déjà d’être le changement que l’on souhaitait voir dans le monde avant de nous quitter en 1948, déjà !

Alors pour 2019 faisons en sorte de limiter nos actes :

  • Impliquant un prélèvement supplémentaire dans la nature (ex : le verre recyclé évite le pillage du sable de rivière)
  • Accentuant la fragilisation d’une tranche de population (ex : acheter un poulet a moins de 5€ le kilo c’est laisser un éleveur sans moyen de subsistance ou le forcer à pratiquer un élevage indigne),
  • Favorisant la pérennité d’entreprise ne participant pas à l’effort commun pour une société plus juste (ex : achats via internet enrichissant des plateformes qui ne participent en rien au budget de la France)

Je souhaite à notre belle planète une Humanité modérée dans sa consommation, responsable dans ses décisions, utiles à la Vie dans ses actes !    Belle année à vous tous !

Humiquement Vôtre, Patrick

1)Dans les 262 kg par personne et par an d’ordures ménagères destinées à être incinérées on trouve 40 kg d’emballages recyclables, 110 kg de bio déchets compostables. Ces ordures coûtent 60% du coût total et ne représentent que 40% du volume.  (source : étude ADEME mars 2018)

2) Les aliments produits localement et en saison polluent dix fois moins que ceux qui ne sont ni locaux ni de saison, (source : https://www.encyclo-ecolo.com/Circuit-court )

3) la pollution serait responsable de 9% des décès en France en 2016 (source : https://www.lemonde.fr/pollution/article/2016/06/21/la-pollution-de-l-air-est-responsable-de-9-de-la-mortalite-en-france)

4) Une douche consomme en moyenne 50 litres d’eau potable et un bain environs 200 litres (source: https://www.geo.fr/environnement/douche-versus-bain-20308 ). 2,1 milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable salubre à leur domicile et plus du double ne disposent pas de services d’assainissement sûrs. L’OMS et l’UNICEF publient les premières estimations mondiales relatives à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène au regard des objectifs de développement durable.(source :  https://www.unicef.fr/article/21-milliards-de-personnes-n-ont-pas-acces-l-eau-potable-salubre)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *